In English   En Español   In Russian 

Jeshua/Jésus parle de:juillet/août 2012

l’expérience hors du corps

Bien-aimés,  nous avons parlé précédemment de l’hologramme que vous appelez votre réalité, nous avons parlé de l’hologramme de l’un de vos films, l’hologramme où certains possédaient l’épée de lumière. Je pense que c’était dans l’une des fictions réalités de la guerre des Etoiles et ceux qui, dans l’histoire, regardaient l’hologramme et les actions qui se déroulaient entre les personnes non physiquement présentes.

C’est très similaire à ce que vous faites dans ce que vous appelez cette vie, cette réalité. C’est réel – nous l’avons dit précédemment, avec un ‘r’ minuscule –très réel. Si vous percutez un arbre, si vous laissez un véhicule heurter quelque chose, vous le savez, vous le sentez, mais c’est une illusion. C’est pourtant réel – ‘r’ minuscule – et c’est un hologramme, quand vous vous autorisez à vous élever plus haut et à être l’Observateur dont nous avons déjà parlé, pour regarder comment vous jouez votre vie, comment les autres interagissent avec vous, et comment les activités variées et les émotions se mélangent ou non parfois facilement entre elles, et pour regarder les émotions et les couleurs des émotions comme pouvant être l’hologramme en face de vous.

Nous vous avons fortement suggéré de prendre assez souvent dans la journée une profonde respiration et de vous autoriser à prendre la place de l’Observateur pour seulement regarder ce que vous faites, ce que vous pensez, ce que les autres pensent quand ils sont en conversation avec vous, ce qu’ils ressentent.

Ce sera très instructif et assez amusant pour vous, parce que vous pourrez sentir que ce dont vous parlez et que vous essayez de faire passer est la chose la plus importante et que l’autre ne vous entend pas forcément. Ils font une répétition de ce qu’ils vont vous répondre quand vous aurez terminé.

Donc, il vous appartient de ne pas prendre votre hologramme et vous-même trop au sérieux ; en d’autres mots, autorisez-vous à être l’Observateur et à regarder les interactions dans l’hologramme, comment les interactions se produisent en gardant le sens de l’humour à ce sujet.

Maintenant, je sais que de temps à autre vous devenez émotifs envers ce qui se passe, et vous revenez à de vieux schémas de pensée. Vous mettez la robe du juge, comme vous l’appelée, et vous jugez, au moins pour un moment jusqu’à ce que vous réalisiez : « D’accord, j’ai de nouveau mis la robe du juge ; Je suis en train de juger et je ne connais pas la totalité de l’hologramme. Je ne sais pas ce qui se passe avec les autres personnes, donc je ne peux pas juger sauf si j’ai été et si je suis dans leurs sandales, marchant avec leurs sandales et comprenant d’où ils viennent. »

Mais comme vous vous autorisez à vous positionner en tant qu’Observateur, vous verrez de plus en plus sur vous-même, en d’autres mots, qu’il n’y a rien en dehors de vous. Tout ce que vous voyez provient d’un lieu de résonance à l’intérieur de vous, que ce soit à partir de ce que vous comprenez de cette vie ou des vies antérieures, d’une lecture que vous avez faite, d’une technologie que vous avez maintenant grâce à laquelle vous pouvez vous asseoir tout en regardant le drame émouvant, comme si vous viviez cette vie pendant les deux heures de ce qu’on appelle le film.

Vous allez droit au but, et c’est comme si aviez cela très rapidement dans votre vie. C’est pourquoi vous avez inventé les drames émouvants : de cette façon, vous pouvez revoir, regarder à nouveau les vies que vous avez vécues. Quelquefois quand vous regardez un de ces films, vous retracez ce qui se passe dans l’action et vous dites : « Je connais ces sensations. Comment  vont-ils se sortir de cette situation ? »

Et vous pouvez être assis sur le bord de la chaise ou peut-être prendre une profonde respiration, vous rasseoir et dire : « Je sais ce qu’ils vont traverser. »Eh bien oui vous l’avez vécu. Donc quand vous regardez les films, autorisez-vous à reconnaitre que vous avez joué ces pièces. Vous avez été dans des situations, des situations parfois très effrayantes que vous avez été très heureux et soulagés de quitter.

Mais tout est en vous. Il n’y a rien en dehors de vous. La super nouvelle est que l'immensité de ce qui est et ce que vous pouvez imaginer occupe une place de parenté au sein de vous, parce que si vous pouvez l'imaginer, vous avez déjà été là. Donc quand vous assistez à des situations dans lesquelles vous vous sentez atteints, que ce soit dans un film, un livre que vous lisez ou même un drame personnel dont vous parle un collègue de travail, autorisez-vous à prendre une profonde respiration et placez-vous en Observateur pour regarder comme si c’était un hologramme devant vous, et voyez quelle est votre place. Voyez comment vous affectent les échanges qui se passent. Même si cela vous suscite des émotions, vous êtes dans ces instants tout à fait dans cette scène. Vous diriez : « Bien, c’est seulement sur le grand écran et je suis seulement assis à la regarder, » mais d’où viennent toutes ces émotions et même l’histoire elle-même?

« Ah ; bien, quelqu’un l’a écrite, quelqu’un que je ne connais même pas ; leurs noms s’affichent sur le grand écran. » Oui et non. Vous partagez avec eux la réalisation, parce que si vous n’étiez pas en train de la regarder, elle n’aurait pas eu lieu.

Tout est en vous. C’est pourquoi nous avons parlé précédemment de l’expansion de votre hologramme, de l’expansion de ce que vous croyez être votre réalité ; de la regarder comme un hologramme devant vous et puis de l’étendre pour savoir qu’il y a beaucoup plus, d’étendre l’hologramme aussi loin en arrière que vous pouvez l’imaginer, au temps du Big Bang et avant cela.

Vous jouez avec des idées : des idées excitantes. «Quelles seraient les sensations de pouvoir changer le monde ? Où je commencerais ? Comment ? Bien, je rassemblerais ce groupe d’amis autour de moi et sans doute ceux qui ont beaucoup d’argent afin que nous puissions effectuer un changement. »

Mais si tout est en vous, vous n’avez vraiment pas besoin de quelqu’un d’autre. « Mais si. Je ne peux le faire tout seul. Suis-je supposé aller et parler au Pharaon ? Je ne saurais pas quoi dire. » Mais le buisson ardent dit : « Vas. Parles-en à Pharaon. » « D’accord. » Et il vous sera indiqué quoi dire. »

Il vous sera indiqué la prochaine étape, parce que tout ce dont à quoi vous pensez, tout ce dont à quoi vous rêvez et voulez faire est possible si vous faites le premier pas. Tout. C’est possible, parce que vous êtes l’extension du Principe créateur, et vous créez votre hologramme, la réalité dans laquelle vous êtes – ‘r’ minuscule.

C’est votre Réalité – ‘R’ majuscule – qui vous permet – nous avons parlé de cela maintes fois – qui vous permet de penser que vous êtes sans pouvoirs ; que : « Bien, je peux faire un peu de bien, et si quelqu’un souffre, je peux lui donner un mot d’encouragement, mais je ne peux réellement changer le monde. »

Si, vous le pouvez. Vous pouvez changer le monde. C’est de cette façon que vous êtes puissants. Vous fabriquez votre monde à chaque instant. Comme vous changez votre monde, vous pouvez constater que votre hologramme a été élargi pour englober les autres. Maintenant, en vérité, il n’y a pas d’autres. Il y a seulement l’Un de nous. Mais vous avez construit une réalité qui croit en la séparation, qui croit en les corps, en la dualité et en la hiérarchie entre ce qui est bien et ce qui l’est moins. Mais si vous avez construit cela – et je vous assure que vous l’avez fait – vous pouvez le changer.

Pourquoi pas ? Vous avez déjà accompli un miracle en vous apportant à vous-même un corps et en disant qu’il s’étend seulement à son pourtour, même si vous y incluez son aura. Ou si vous ne le faites pas, il s’étend seulement jusqu’aux limites de la peau. C’est un miracle en soi, et vous le réalisez instant après instant après instant de sorte que cela parait une continuité.

L’expérience hors du corps est quelque chose que vous pouvez faire sans passer par la mort du corps. Faisons un peu ce que vous appelez une méditation. Installez-vous confortablement et relâcher un peu les yeux. Respirez aisément et sachez que le corps est confortable de sorte que vous n’ayez pas en vous préoccuper. Il prendra soin de lui-même.

Maintenant observez le corps par l’œil de votre esprit. Comment est-il sur la chaise ? Se sent-il confortable ? Si vous sentez que vous devez vous tortiller les orteils ou bouger un peu, ce n’est pas grave. Comment est le sommet de la tête ? Comment sont les épaules ? Quel t-shirt ou veste portez-vous ? Comment cela est-il ?

Quelle est la lumière dans la pièce ? Y-a-t-il une forte lumière ? Comment vous sentez-vous dans cette lumière ?

Il y a des personnes qui vous appellent, des personnes que vous aimez beaucoup et qui se tiennent près de vous, au-dessus du corps, observant le même corps que vous. Il y a des personnes se tenant près de vous, près de votre coude gauche, souriant, et leur amour vous enveloppe. Leur amour coule en vous et à travers vous, il y en un aller- retour d’amour qui va de vous à eux et il y a une sensation de paix, une sensation de sécurité.

Demandez-leur : « Que voulez-vous me dire ? » Quelle est la chose la plus importante ? Je pense à…peu importe à ce quoi vous pensez. « Que voulez-vous me dire ? Y-a-t-il quelque chose que je dois faire ? Y-a-t-il quelque chose que je dois lâcher ? Y-a-t-il quelque chose qui est déjà en cours ? »

Et vous vous sentez en paix. Vous vous sentez transporter hors du corps, au-dessus du corps. Vous avez encore des connections avec le corps, mais vous n’êtes pas le corps. Les bien-aimés qui se tiennent près de vous, vous permettent de voir que vous êtes amour, et vous sentez votre amour en expansion.

Puis vous regardez vers le haut et vous voyez les étoiles au-dessus de votre maison. Vous voyez les cieux et le scintillement des étoiles. Il y en a une qui va très vite, et vous savez qu’elle vit avec les frères et les sœurs que vous avez connus. Et les bien-aimés qui se tiennent près de vous hochent la tête en disant : « Oui, ce sont ceux que vous avez connus et que vous connaitrez à nouveau. » Les étoiles sont vos amies, et vos amis sont dans les étoiles.

Tout est vous. Permettez-vous de vous sentir en expansion, en sécurité, en apesanteur, libre, vivant, sans préoccupations.  Et les bien-aimés qui se tiennent à vos côtés murmurent à votre oreille un message uniquement pour vous, un message pour vous. Vous savez que vous sentirez et aurez toujours avec vous cette sensation de paix et de calme.

Et quand le message est terminé, ceux qui vous aiment et qui se tiennent près de vous, vous murmurent qu’il est temps de se reconcentrer sur le corps mais qu’ils seront toujours près de vous et seront toujours accessibles pour vous.

Et donc, en prenant une profonde respiration, vous permettez à votre attention de revenir vers le corps assis sur la chaise. Et quand cela est facile, vous ouvrez vos yeux et vous vous retrouvez où vous étiez.

Vous pouvez aller dans ce lieu à tout moment quand vous le voulez. Tout ce qui est demandé est de prendre une profonde respiration et de relâcher les très fortes retenues dans le corps et les identifications dans ce corps. Le corps vous servira toujours. Il sera toujours votre serviteur. Mais de plus en plus, comme vous étendez votre compréhension de la réalité, vous allez vous placer au-dessus du corps, vous mettre en position d’Observateur, trouvant vos réponses dans l’espace qui n’est pas attaché au corps, dans la divinité qui est la Réalité – ‘R’ majuscule – de vous.

Ce savoir est ce vers quoi je vous ai emmenés pendant tous ces mois et ces années, quand nous avons parlé des divers aspects de l’être. Les derniers mois, nous avons parlé de réalité - ‘r’ minuscule – et de l’hologramme, et vous vous êtes demandés : « Pourquoi parle-t-il encore de l’hologramme ? C’est une grande idée, mais je ne le vois pas se dérouler dans ma vie, et je ne sais pas pourquoi il continue à revenir sur l’hologramme. »

Je reviens dessus parce qu’il s’agit de la vérité de ce que vous vivez, et s’il s’agit d’un hologramme, que vous créez l’hologramme en face de vous et autour de vous, vous pouvez le changer. Ceci est mon évangile. Ce sont mes bonnes nouvelles pour vous. Et un de ces jours vous allez dire : « Hé, je peux faire des changements. Je peux absolument tout changer. Je ne suis pas à la merci de ce que me dicte n’importe qui d’autres, » parce qu’en vérité il n’y a personne séparé de vous.

« Et si je fabrique toutes ces règles et règlements en disant combien je suis faible et combien ces limites doivent m’affecter, je suis hors de la piste qui me conduit au souvenir de qui je suis ; pas seulement qui je suis, mais ce que je suis. »

Et je vous dis très fermement, dans cette vie pourtant, vous connaitrez qui et ce que vous êtes. Vous le saurez dans cette vie.

Réveillez-vous et sachez que vous êtes votre propre maître. Réveillez-vous et sachez que vous êtes votre propre Christ, l’Unité Christique, ayant toute puissance de changer tout en amour. C’est ainsi que vous êtes puissants.

Si vous voulez de l’amour, je vous le donne. C’est le vôtre, gratuitement. Si vous voulez la santé, je vous la donne. Si vous voulez de nombreuses années pour profiter de cette vie, je vous les donne ; elles sont les vôtres. La seule petite condition est que vous devez l’accepter. Si vous voulez un monde meilleur, je vous le donne, parce qu’il n’y a pas de séparation. Tout ce que vous reconnaissez et connaissez de votre monde vient de vous.

« Bien, c’est difficile à imaginer. Vous voulez dire que je crée toutes ces guerres dont parlent les medias d’information ? Vous voulez dire que je crée toutes ces maladies ? Vous voulez dire que je suis celui qui crée les mauvaises personnes ? Pourquoi ferais-je quelque chose comme ça ? Je ne le pourrais pas, Jeshua. Je ne pourrais pas faire ça. »

Vous l’avez fait, parce que vous aimez jouer avec les drames. Vous aimez les montées d’adrénaline. Vous aimez les défis. Et vous avez développé une croyance en la séparation qui dit qu’il peut y avoir d’autres choses que vous, d’autres choses que ce qui est bon. Mais maintenant vous implorez, littéralement implorez- Je vous entends-  un monde meilleur.

Autorisez-vous à sortir hors du corps, à vous élever au-dessus du corps, et à imaginer ce que pourrait être un monde meilleur, et sachez que lorsque vous revenez dans le corps, le monde aura changé parce que vous aurez changé. C’est aussi simple que cela.

Si vous restez dans les vieux schémas de pensées, c’est seulement l’ego séparé qui vous tient éloigné de la connaissance de l’Unité, du Tout, de la toute Puissance du Christ en vous. Maintenant, les choses sont assez simples. C’est seulement l’ego séparé qui veut intervenir.

Autorisez-vous à ascensionner vers l’Ego Je Suis. Vous ne serez pas tenu à l’écart de ce qui se passe autour de vous. Vous resterez informés du monde et de ce qui se passe autour de vous, mais vous aurez une perspective différente, une vue différente de tout ce qui se passe, et vous comprendrez pourquoi les choses ont été perçues de cette façon.

Une partie du voyage, une partie de la créativité exquise de l’extension du divin – Je ne vous appellerai pas Enfant, parce que cela implique une séparation – est de connaitre combien vous êtes grands ; pas grands dans le sens d’une adulation par le monde, mais grands en tant qu’extension divine du Principe créateur ; c’est de cette façon que vous êtes grands. Personne depuis très, très longtemps ne vous a dit cela, mais je vous dis la vérité. Vous êtes puissants. Vous êtes Tout. Tout ce que vous pouvez imaginer est à l’intérieur de vous. Le royaume des Cieux est à l’intérieur de vous. Et de même le royaume de l’Enfer.

En outre, il n’y a pas de jugement. Si vous voulez rester dans un lieu qui assiste à des drames, qui assiste à des défis, il n’y a pas de jugement quant à la durée ou au nombre de vies que voulez vivre avec le même script. Il n’y a pas de jugement. Mais si vous voulez changer – et je sais que vous appelez pour au moins un peu de changement – vous pouvez le faire.

Je serai avec vous. J’ajouterai ma puissance à la vôtre, qui est la même que votre puissance, et ensemble, comme vous pensez encore en la séparation, nous serons puissants. Et puis vous saurez que je ne suis pas en dehors de vous.

« Oh, mon dieu, vous voulez dire que celui que j’ai adoré et qui m’a parlé d’une façon ou d’une autre depuis plus de deux mille ans, est à l’intérieur de moi ? »

J’y suis. J’habite en vous. Faites-moi une place aimante. Mettez vos bras autour de moi, à l’intérieur de vous. Ce que vous finirez par faire est de vous étreindre ; c’est très bien. Allez-y ; entourez-moi avec vos bras. Merci. C’est une bonne sensation. Chaque fois que vous voulez être embrassés, vous voulez m’embrasser, vous pouvez le faire. Et si vous n’avez pas de bras – comme certains n’en ont pas – imaginez.

C’est pourquoi vous avez construit dans cette réalité le don de l’imagination, ainsi vous pouvez sortir de cette réalité pour un moment et imaginer les sensations de vivre une autre sorte de vie.

Jamais je ne vous ai quittés. Si nous sommes Un – et je vous assure que nous le sommes – et si je suis toujours avec vous, je ne peux pas vous abandonner. Si vous descendez dans les profondeurs de l’enfer – et vous y êtes allés ; vous avez lutté ; vous avez pleuré ; vous avez hurlé ; vous avez été écrasés, et vous vous êtes sentis en enfer – je suis là avec vous.

Si vous ascensionnez dans les cieux et vous sentez qu’enfin vous y êtes arrivés – « J’ai réussi ; je le sais maintenant, je le sens » - Je suis là avec vous. Toujours je suis avec vous. Jamais vous n’êtes abandonnés.

Donc quand vous êtes prêts à changer des choses de votre monde, des choses de votre réalité, une des premières choses que vous pouvez éjecter de cette réalité est le sentiment de séparation, d’abandon. Donnez-lui un bon coup de pied de sorte qu’il ne revienne pas. Je ne peux pas – je ne souhaiterais pas – mais je ne peux pas vous abandonner. Je ne peux pas vous quitter. Nous sommes faits de la même étoffe, de la même divinité, donc je marcherai toujours avec vous.

Jouez à être l’Observateur. Jouez avec l’imagination d’être en dehors du corps. Regardez à quoi cela ressemble depuis le haut. Sentez les sensations d’être au-dessus. Vous ne ferez pas mourir le corps. Vous n’avez pas à vous inquiéter en disant : « Bon, si je vais trop loin, le cordon d’argent va se rompre, je perdrai le corps, il sera enterré quelque part et je ne le retrouverai jamais. »

Non, cela ne se produira pas. Autorisez-vous à jouer avec l’imagination, l’expérience hors du corps, pour savoir que vous êtes plus que le corps. Autorisez-vous à sentir la puissance de la paix de l’Observateur, et sachez que je Suis toujours Vous.

Ainsi soit-il.

- Jeshua ben Joseph (Jésus)
S’exprimant à travers Judith

Mailing List

Please Click Here to join our mailing list and receive our monthly newsletter, The Expanding Viewpoint.

Previous Articles

The Ascension
September 2014

Into The New World
August 2014

After Gaul...Britannia
July 2014

After the Resurrection...Gaul
June 2014

My Disciples, Then and Now
May 2014

Mary Magdalene
April 2014

More

 

Latest Podcast

Jeshua speaks:
The Ascension
August 2014

Listen to streaming audioPodcast RSS feed