In English   In Russian   En Español 

Jeshua/Jésus parle de:Mai 2010

La Parabole de la Princesse dans le Château

Bien-aimés, voulez-vous une histoire ? Les paraboles, qui sont connues dans vos saintes Écritures, sont des histoires que j’ai souvent racontées pour illustrer différents sujets, parce que, comme vous le savez – et cela est encore vrai aujourd’hui – on peut mieux se souvenir d’une histoire que d’un long discours. L’esprit a souvent tendance, même si le discours a été bon et le conférencier convaincant, l’esprit a tendance à vagabonder et il est facile de retenir une histoire. Je vous parlerai d’une histoire, une histoire qui n’est pas dans vos Écritures.

Il était une fois, il y a bien longtemps, un être, un être saint dont le désir était de se connaître, décida de se regarder dans un miroir à l’intérieur de lui-même. Se regardant dans ce miroir, surgit la croyance qu’il pourrait être deux au lieu d’un seul. Toutefois, il était encore un, mais se croyant lui-même être deux, nous appellerons ce duo un homme et une femme, un roi et une reine, la royauté, des êtres saints.

Ils décidèrent d’avoir un descendant, de mettre au monde un enfant, et ainsi fut fait.  Une jolie princesse naquit, ayant toutes les qualités du roi et toutes les qualités de la reine, parce qu’après tout c’était l’être unique s’expérimentant lui-même comme étant deux, et maintenant ils étaient trois.

La princesse était très aimée, très adorée, admirée. Donc la princesse grandit sachant qu’elle était grandement aimée et protégée et serait toujours protégée. Avec le temps, comme ils comprenaient le temps, le prince avait aussi été mis au monde. Et le prince avait toutes les qualités du roi et de la reine, parce qu’il était une extension d’eux.

Il regardait ses qualités et voulait connaître l’aventure. De ce fait il quitta le château et partit à l’aventure, pour expérimenter, pour voir ce qu’il y avait là-bas, et la princesse resta au château, où elle reste même à ce jour.

La princesse se regardait pour voir quelles qualités elle avait. Elle vit comment le prince avait été épris d’aventure, mais ce n’était pas tout à fait ce qu’elle voulait. Elle regarda à l’intérieur d’elle-même et y découvrit des qualités d’intuition, de prémonition, d’amour, ce que vous appelleriez maintenant en ces temps le divin féminin.

Le divin féminin est gardé depuis longtemps, surveillé dans le château, à l’abri de tout danger. Mais ce n’est pas ce qu’elle voulait et ce n’est pas un désir de princesse. Elle veut être connue pour ses qualités,  elle veut sortir du château et être connue pour les qualités qui s’éveillent maintenant en vous.

Vous avez vécu des aventures comme le prince lors de nombreuses vies. Vous avez fait appel à des expériences qui permettaient la montée d’adrénaline dans le royaume humain. Vous avez connu et crée beaucoup d’exemples où vous pouviez être une forte nature masculine.

Mais la princesse a été gardée dans le château et elle est encore très vivante à l’intérieur de vous, attendant que le pont-levis s’abaisse. Vous êtes maintenant de retour dans une situation où vous appréhendez les perceptions que le monde ne comprend pas, des connaissances viennent à vous et vous ne savez pas d’où elles viennent, des visions viennent à vous, peut-être instantanées, parfois plus longues, parfois dans un long rêve.

Vous expérimentez l’intuition envers la connaissance des personnes, des lieux, des événements. Vous pouvez vous projeter dans le temps. Vous pouvez aller dans un royaume intérieur pour voir ce que pourrait être le futur, et vous pouvez appeler les qualités de la princesse, lui permettant maintenant de sortir du château pour vous aider à étendre votre compréhension de la divinité du monde, même si le monde se voit encore comme étant chaotique.

Vous appelez ses qualités quand vous rencontrez un ami, que vous le serrez dans vos bras et qu’apparaissent la chaleur, le sourire, le soutien. Elles émergent lorsqu’en accueillant les autres, vous leur transmettez : « Je sais qui tu es », vous les regardez et vous voyez le Christ en eux, vous voyez l’être divin en eux.

La princesse est alors autorisée à sortir du château. Durant très très très longtemps, la princesse a été gardée cachée dans le château parce que monde n’avait d’yeux que pour le prince, l’aventurier, le fort, le masculin que le monde connaît.

Les qualités de la princesse sont faites de plus de gentillesse, et de ce fait elle a attendu jusqu'à ce que ses qualités soient accueillies. Maintenant le temps est venu. Permettez-vous d’inviter la princesse et les qualités qu’elle incarne d’être totalement présentes dans votre vie. Permettez à la princesse d’être totalement vivante dans vos processus de pensées. Permettez maintenant à la princesse de vivre l’aventure avec le prince, et comprenez que les deux, le prince et la princesse, incarnent toutes les qualités de l’Un qui s’est regardé dans le miroir et pensait qu’il se voyait deux, et puis a engendré l’idée qu’il se voyait séparé et différent l’un de l’autre, et pourtant il est le même, engendré de la même Source.

Comme vous allez de l’avant, votre monde change. Il change parce que vous changez. Il change parce que vous avez demandé à vouloir connaître la combinaison des qualités masculines et féminines. Vous avez voulu connaître le prince et vous avez voulu connaître la princesse. Vous avez dit : « Je veux connaître l’Un en moi, et combien l’Un en moi est créatif avant même le commencement des temps. »

C’est l’histoire de la princesse dans le château, le château qui en vérité n’a jamais existé, la princesse qui est en vie et se porte bien, le prince qui est en vie, qui se porte bien et désire s’aventurer avec sa princesse, et l’histoire de la reine et du roi de l’Un qui s’est regardé dans le miroir et s’est vu deux.

Laissez-vous contempler comment cette réalité a vu le jour et quel rôle a joué le prince et quel rôle a joué et joue la princesse. Célébrez chacune des qualités de la royauté, parce que c’est ce que vous êtes. Vous êtes royaux. Célébrez la royauté de votre Soi divin.

Laissez votre esprit se projeter avant le commencement des temps et comprendre comment vous êtes venus à cette réalité qui croit encore en la séparation, qui croit encore en la dualité. Il est comme l’Un qui s’est regardé dans un miroir et a vu deux, et pourtant n’était seulement qu’Un.

Beaucoup de choses se sont passées au cours de ces quelques dernières semaines de votre temps. Vous avez vu beaucoup de changements, où le féminin divin a réellement été appelé, ayant besoin d’être appelé pour voir avec une vue équilibrée ce qui se passe dans votre monde. Beaucoup de situations ont été lancées, où certains campent sur leur position, pensant être le prince, un guerrier très fort, ayant beaucoup de puissance temporelle et un fort esprit aventureux, et d’autres faisant appel aux divines qualités féminines de gentillesse délibérée, d’écoute intuitive, de soutien réconfortant.

Le divin féminin se sait être divin. Le prince connaît aussi sa divinité, mais il s’est concentré sur le monde, parce que le prince a déclaré qu’il vivrait dans le monde et s’aventurerait dans le monde.  Mais le divin féminin regarde maintenant au-delà des apparences et a le courage de parler avec honnêteté avec en point de mire la connaissance de la divinité en toutes choses.

Lors des quelques dernières semaines de votre propre vie, vous avez rencontré des défis et des changements sont intervenus. Vous avez fait face à ces défis et ces changements le mieux que vous pouviez en utilisant vos expériences passées. Et pourtant il y avait une voix à l’intérieur de vous qui disait : «  Mais, je dois pouvoir utiliser d’autres outils, d’autres aspects de moi-même. »

Et cela se produit quand le divin féminin, l’intuition, les capacités psychiques comme elles sont appelées, sont invités à apparaître et à jouer un grand rôle sur la scène. Vous avez voulu savoir comment vous pourriez vivre une vie en disant que tout est bon, vous avez rassemblé en vous toutes les expériences, parfois écouté l’ego séparé qui dit : « Malheur à moi. Pourquoi ? Comment ai-je pu avoir une vue si courte ? »

Et puis vous prenez la profonde respiration que je recommande grandement et vous prenez du recul sur ce qui se passe et vous dites : « Il doit exister quelque chose de plus que ce que les apparences ne montrent dans ce qui se passe ici. Il doit y avoir beaucoup plus, » et il y a beaucoup plus de choses. Et vous vous autorisez à être le divin saint Enfant, l’observateur prenant du recul face a la réalité- r minuscule - à observer comment la Réalité -R majuscule –est au travail même dans les plus petites expériences.

Et partant de là, cela vous donne une nouvelle perspective, la compréhension que vous n’êtes pas la victime de tout ce qui se passe, vous n’êtes pas ballottés sur les vagues des anciennes expériences. Il vous est réellement demandé de briser le cycle de ce que vous avez fait de nombreuses fois dans cette vie et dans beaucoup d’autres vies aussi ; de rompre le cycle et d’y insérer les divines qualités féminines qui appellent la puissance de l’intuition, la puissance de la douceur face à la tempête.

Vous êtes l’expression de la Vie. C’est un don offert à vous-mêmes par vous-mêmes pour en faire ce que vous voulez en faire. Alors soyez simples. Il n’est écrit nulle part que vous devez lutter. Nulle part sauf dans la vision du monde et dans l’enseignement des générations où il est écrit que l’expérience de la vie doit être difficile, qu’elle doit être une lutte.

Vivez dans la joie. Faites vivre la princesse en vous. Apportez la douceur qui dit : « je peux m’inonder de la douceur de l’amour. Je peux vivre dans l’espace d’amour du cœur, mon propre cœur divin. » Cela n’a pas à être difficile.

Dans la vie que j’ai vécu qui est tellement célébrée, il est écrit que j’ai souffert pour vos péchés. Il est écrit que j’ai souffert pour le péché originel dont personne d’entre vous ne peut se souvenir, principalement parce qu’il n’y a jamais eu de péché originel.  Il y a eu un oubli originel, mais il n’y a jamais eu un péché originel, et vous n’êtes pas des pécheurs.

Je n’ai pas souffert, et je ne peux certainement pas vous absoudre du péché quand nous sommes tous de la même Source. Je n’ai pas souffert, vous n’avez pas à souffrir, et il n’y a absolument aucun avantage, aucun point gagné à souffrir. La seule chose que peut-être l’ego séparé vous dira quand vous traversez une période de souffrance est : « Et bien, au moins tu as réussi à la traverser. » Mais en premier lieu, cela n’a jamais été réellement nécessaire.

Autorisez-vous à rire, à ressentir comme vous vous sentez bien quand vous riez.  En vérité quand vous riez, cela envoie une vibration dans l’air qui permet l’élévation. Quand vous riez de vous-mêmes et vous vous voyez jouer un rôle, vous pouvez dire : « Wow, Hey, vous savez, c’est vraiment amusant. Ce n’était pas amusant fut un temps, mais c’est amusant maintenant quand je le regarde, et vous commencez à rire et cela élève tout.

Souvent quand vous vivez une expérience, vous réagissez avant même de penser. Donc posez-vous un moment et comprenez que vos actions sont une ré-action basée sur ce que vous avez connu dans le passé. C’est une ré-action.

Permettez à la princesse, qui est vous, d’arriver pour créer une nouvelle action, basée sur la douceur de soi, sur la joie de vivre et la connaissance intuitive de votre divinité. Ces qualités ont été gardées dans le château assez longtemps. Maintenant la princesse peut s’aventurer avec le prince, apportant un équilibre à leurs expériences.

Allez et aimez. Apportez la princesse dans ce monde.

Ainsi soit-il.

- Jeshua ben Joseph (Jésus)
S’exprimant à travers Judith

Mailing List

Please Click Here to join our mailing list and receive our monthly newsletter, The Expanding Viewpoint.

Previous Articles

Into The New World
August 2014

After Gaul...Britannia
July 2014

After the Resurrection...Gaul
June 2014

My Disciples, Then and Now
May 2014

Mary Magdalene
April 2014

The Human Jeshua: The Early Years
March 2014

More

 

Latest Podcast

Jeshua speaks:
Into the New World
July 2014

Listen to streaming audioPodcast RSS feed